III POTENTIEL FRANÇAIS DE DÉVELOPPEMENT DES COMMUNS

Membre de sections de commune importantes (quatre) qui fonctionnent depuis près de mille ans, je me servis, dans mes recherches doctorales[1] de géographe du développement local, de ma connaissance pratique du fait commun afin d’évaluer la manière dont les pouvoirs traitaient les usagers de biens mal défendus, voire pas défendus du tout ; usagers qui, a priori, constituent la base la plus humble de la République. Par ailleurs, l’association nationale (AFASC) qui s’occupe des sections de commune m’a confié des responsabilités depuis des années. J’occupe donc une situation assez schizophrénique sur le sujet entre mes observations empiriques de communer et mes recherches universitaires théoriques.


[1]          L’analyse de la valeur des fonctions du monde rural : l’exemple des pays de Regordane (2004)

 

III POTENTIEL FRANCAIS DE DÉVELOPPEMENT DES COMMUNS

Parmi les pays développés, la France dispose d’une situation enviable de potentiel de développement de biens communs :

1/       Nos règles constitutionnelles permettent la mise au point de n’importe quelle institution qui porterait une activité de commun. Il existe un article 5 dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui établit un principe général du droit permettant la réunion  des citoyens en n'importe quelle institution nouvelle licite ; or : « La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas. »

2/       La formation et les connaissances de nos concitoyens sont immenses. La France est partie très tôt dans la course à l'éducation publique des enfants ; même en sautant l'image d'Épinal de l'épisode Charlemagne, l'éducation publique devient une préoccupation politique importante dés le 18ème siècle … rappelons les maisons d'assemblée ou de béates des hameaux du Velay, qui sous une forme ou autre, se retrouve ailleurs comme école de village ou hameau. Une loi de 1828 accordant aux collectivités de femmes la pleine capacité juridique a pour résultat presque immédiat de lancer l'éducation spécifique des petites filles, et l'amélioration sociale et culturelle qu'elle génère.   

3/       35 % de la population est salariée, donc 65% hors contrainte du salariat. Le salariat constitue le processus de captation de la valeur créée par d'autres le plus efficace au prix d'une sujétion lourde des salariés. Les communs sont le processus le plus efficient mis en place par les hommes afin de conserver la valeur entre ceux qui la créent. Leur efficience provient de deux facteurs que le management moderne de l'entreprise néglige au nom du bénéfice à court-terme : (1) les stockages de régularisation de cycle et de puissance de l'outil ; (2) la création de patrimoine lorsqu'existent des facteurs de production disponibles. Le Japon, en diffusant la méthode managériale du juste à temps, donne un contrexemple significatif : elle amena trente années d’économie molle dans ce pays.

4/       Notre pays est, probablement, l’un des pays développés dont la productivité globale est la plus élevée. Pour la raison historique qu’il se focalisa sur la productivité du travail en valeur par entreprise et non sur la productivité globale en volume du pays, la France parvient à engager peu d'heures de travail afin d'animer efficacement son système de production. En moyenne, que la productivité du travail (1) constitue le facteur de production le plus lourd, et (2) que son volume soit surestimé chez nous, a pour résultat pratique d'aboutir à une productivité globale du pays des meilleures parmi les pays développés. Mais avec deux effets pervers : (1) la mise en friche d’une partie importante de la ressource travail ; (2) la mise en friche des toutes les ressources locales qui ne dégageaient pas suffisamment de marge au gré des entrepreneurs ; cependant (3) cela n’a nullement entamé la productivité globale du secteur des ménages : leurs systèmes d’exploitation s’adaptent automatiquement (presque) en temps réel avec l’environnement existant. Ils représentent 17% de la production économique comptabilisée[1], mais détiennent, au 31 décembre 2012, 73,6% des actifs nets (positifs) du pays. 

5/       Pratiquement chaque mètre carré du territoire national capte une énergie suffisante à la subsistance de trois hommes adultes. Ce qui écrit que notre territoire dispose d’une énergie alimentaire potentielle pléthorique non seulement pour ses habitants, mais aussi pour une faune locale importante et de qualité capable de fertiliser une grande partie de sa surface agricole.

6/       L’énergie industrielle consommée ou produite représente à peine 0,4 % de l’énergie naturelle disponible (sous réserve d’erreurs de calcul). L’hypothèse que la Valeur Ajoutée Brute créée par notre activité anthropique en commun provient des processus de gradation/dégradation de l’énergie dont nous disposons rassure parce qu’existe la loi physique universelle de la conservation de l’énergie. Afin de fixer les idées, dans notre France tempérée, 6 km2 de territoire mettent en œuvre la puissance d’une centrale nucléaire moyenne ; or nous disposons de 58 centrales nucléaires et de 551 500 km2 de territoire, donc de l’énergie bien distribuée de 92 000 centrales nucléaires.

La famille souche[2] constitue le modèle empirique général du fonctionnement en commun basé sur l’action au consensus (pas sur la démocratie), avec des modèles étendus d’expérience multiséculaire comme les communautés religieuses ou celle des biens des communautés villageoises. Nous disposons donc d’un corpus empirique et d’un corpus théorique cohérents entre eux qui permettent toutes les audaces politiques, économiques et sociales.

 

[1]          Nous ne savons pas évaluer la part non comptabilisée.

[2]          Cf Emmanuel TODD L’invention de l’Europe

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.la-garde-guerin.fr/index.php?trackback/31

Fil des commentaires de ce billet