I COMMUNS : POUR UNE INSTITUTION MODERNE

Membre de sections de commune importantes (quatre) qui fonctionnent depuis près de mille ans, je me servis, dans mes recherches doctorales[1] de géographe du développement local, de ma connaissance pratique du fait commun afin d’évaluer la manière dont les pouvoirs traitaient les usagers de biens mal défendus, voire pas défendus du tout ; usagers qui, a priori, constituent la base la plus humble de la République. Par ailleurs, l’association nationale (AFASC) qui s’occupe des sections de commune m’a confié des responsabilités depuis des années. J’occupe donc une situation assez schizophrénique sur le sujet entre mes observations empiriques de communer et mes recherches universitaires théoriques.

 [1]          L’analyse de la valeur des fonctions du monde rural : l’exemple des pays de Regordane (2004)

 

I POUR UNE INSTITUTION MODERNE DES COMMUNS

Membre de sections de commune importantes (quatre)  qui fonctionnent depuis près de mille ans, je me servis, dans mes recherches doctorales[1] de géographe du développement local, de ma connaissance pratique du fait commun afin d’évaluer la manière dont les pouvoirs traitaient les usagers de biens mal défendus, voire pas défendus du tout ; usagers qui, a priori, constituent la base la plus humble de la République. Par ailleurs, l’association nationale (AFASC) qui s’occupe des sections de commune m’a confié des responsabilités depuis des années. J’occupe donc une situation assez schizophrénique sur le sujet entre mes observations empiriques de communer et mes recherches universitaires théoriques.

Le but de ma réflexion est de concevoir une institution moderne qui soit plus adaptée que le modèle existant de section de commune à la problématique des biens communs en particulier et des communs en général. Quel modèle d'institution moderne entre les habitants d'un finage et l’énergie naturelle dont ils disposent pouvons-nous concevoir et réaliser afin de créer de la valeur indélocalisable et partagée équitablement ? Il y a urgence.

Le prix d’économie de la Banque de Suède en 2009 d’OSTROM lancèrent un foisonnement de travaux de recherche, d’expériences de terrain et d’analyses politiques, le tout à l’échelle mondiale, qui nous offrent une documentation étoffée afin d’aborder la conception d’institutions de communs adaptés à l’environnement juridique actuel de notre pays. La démarche repose sur un terrain robuste :

1          Il existe en France, un corpus de droit prétorien, assez stable depuis le 17ème siècle, relatif aux biens des communautés villageoises.

2          Les travaux de Pierre-Joseph PROUDHON mettent à notre disposition une théorie de la valeur simplissime permettant de valider en temps réel pratiques et résultats ;

3          Ceux de Robert AXELROD  proposent une théorie de la coopération solide pour le meilleur en évitant le pire ;

4          Ceux d’Emmanuel TODD nous proposent une analyse très documentée du fonctionnement au consensus de la cellule de base sociétale : la famille ;

5          Existe une exploration balbutiante, mais aigüe, de l’économie de la connaissance : elle ouvre une ressource pratiquement infinie à la création de valeur par une institution de commun.

6          Les données empiriques sur les institutions de biens des communautés villageoises en France couvrent plusieurs siècles de fonctionnements chaotiques, certes, mais à valeur expérimentale et empirique remarquable.  

À partir de l’hypothèse que nos règles constitutionnelles nationales permettent des institutions efficientes de communs, le projet vise d’y intégrer l’analyse d’OSTROM, politologue institutionnaliste, en quantifiant et hiérarchisant ses conclusions ; de prendre en considération les apports de PROUDHON, AXELROD, TODD et autres ; d’explorer et intégrer le champ des possibles ouverts dans l’économie de la connaissance par internet et le web (bernard garrigues, le 3 décembre 2017).


[1]          L’analyse de la valeur des fonctions du monde rural : l’exemple des pays de Regordane (2004)

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.la-garde-guerin.fr/index.php?trackback/29

Fil des commentaires de ce billet